Blattes, Cafards,
Cancrelats

Les questions que vous vous posez sûrement au sujet des blattes

Généralités

La blatte, communément appelée cafard, est un insecte de 0,2 à 4 cm, selon son espèce et son développement, faisant partie de la famille des cancrelats.
Les blattes sont pour la plupart des rampants qui fuient la lumière. Uniquement 5% des 6000 familles, volent et seulement quatre espèces sont dans la catégorie des nuisibles.
En France, l’espèce la plus répandue est la blatte germanique puis orientale (on ne trouve les blattes ‘américaines’ et ‘rayées’ qu’occasionnellement).
Leur couleur varie entre l’ocre, le brun, le rouge ou le noir et la taille de leurs antennes est variable. Les blattes sont omnivores, cannibales et se nourrissent aussi de déchets en décomposition mais leur préférence va pour les aliments contenant de l’eau et du sucre. Leurs mandibules puissantes peuvent déchiqueter les emballages plastiques et autres cartons, parfois même le cuir. Lors d’une grosse infestation et par manque de nourriture, elles peuvent s’attaquer aux animaux et même aux humains.

Toutes les espèces de blattes ont un mode de reproduction similaire : les œufs sont regroupés dans une capsule appelée oothèque. Pour parvenir à l’imago, c’est-à-dire l’adulte mature sexuellement, les nymphes ont besoin de muer de quatre à quinze fois.

A votre insu et en prenant place dans les sacs, bagages et colis, elles se propagent de pièce en pièce, d’appartement à appartement, d’immeuble à immeuble.

Les blattes ont la particularité de pouvoir rester sans se nourrir ou s’hydrater durant plusieurs jours, voire semaines, mais leurs nymphes ont besoin d’humidité pour devenir adulte. La plupart des espèces ne survivent pas au gel.

La blatte germanique mesure entre dix et quinze millimètres. Sa couleur varie de l’ocre au brun : Son cycle de reproduction (œuf à œuf) est de quarante-cinq à cent-vingt jours et sa longévité varie de six mois à deux ans en fonction de l’environnement. Les conditions optimales à son développement sont l’obscurité, la chaleur (21-30°C) et l’humidité (hygrométrie entre 70-80%).

Durant une à deux semaines, la femelle garde à l’extrémité de son abdomen l’oothèque qui contient trente à cinquante œufs et se détache lorsque les nymphes sont prêtes à naître. La maturité sexuelle arrive cinq à six semaines après l’éclosion des nymphes. Dans sa vie, une seule femelle peut donner naissance à trois cents individus ce qui donne une descendance d’environ quatre-mille blattes en six mois et plusieurs millions en un an.

La blatte orientale mesure de deux à trois centimètres. Sa couleur varie du brun au noir bleuté : Son cycle de reproduction (œuf à œuf) est six à vingt-quatre mois et sa longévité varie de un à trois ans en fonction de l’environnement. Les conditions optimales à son développement sont l’obscurité, la chaleur (20-30°C) et l’humidité (hygrométrie 70-90%). Néanmoins, elles peuvent vivre dans des endroits plus frais comme les vérandas, caves, égouts, …

Attirées par des phéromones d’agrégation, les femelles déposent rapidement l’oothèque dans un ‘nid’ commun. L’oothèque contient environ dix-huit œufs qui éclosent après quarante à quatre-vingts jours. La maturité sexuelle arrive douze à quarante semaines après l’éclosion des nymphes. Dans sa vie, une seule femelle peut donner naissance à cent-cinquante individus ce qui donne une descendance moyenne d’environ neuf-cent individus en un an.

Quelles sont les maladies transmises par les blattes ?

Les blattes véhiculent des bactéries et des virus pouvant provoquer des maladies : infectieuses et virales comme les gastro-entérites, Escherichia Coli, Staphylocoques, Bacille Pyocyanique, Salmonelle, … ainsi que des vers (helminthes), des moisissures et des champignons comme la Bacillus subtilis, … Elles peuvent également être source de crises d’asthme.

Lorsque les blattes piquent les humains, des lésions cutanées de un à deux millimètres sont visibles et peuvent provoquer des allergies.

Quels sont les risques financiers liés à la présence de Blattes ?

Les blattes s’infiltrent facilement dans vos aliments et réserves, les souillent et les contaminent. Lorsque la présence de blattes est détectée, tous les aliments qui sont dans un contenant d’une matière fine (sachet plastique ou papier, boîte carton, …) ou qui n’est pas hermétique doivent être jetés.

Toutes les surfaces en contact avec une préparation culinaire doivent faire l’objet d’un nettoyage en profondeur suivi d’une désinfection, comme pour l’ensemble des locaux après la désinsectisation.

Enfin pour les professionnels recevant du public, l’image de marque et l’indice de confiance peuvent être dégradés ce qui impacte le chiffre d’affaires de manière considérable.

Comment prévenir une infestation de blattes?

Il est impossible de se prémunir totalement de l’arrivée de blattes mais la meilleure prévention consiste à rendre votre intérieur inhospitalier pour elles fuient. Les blattes sont des insectes lucifuges – elles craignent la lumière – vos actions seront plus efficaces si elles coïncident avec leur sorties nocturnes.

Quelques astuces pour se prémunir contre les blattes :

  • Utilisez des récipients hermétiques pour conserver vos aliments ou les placer dans un réfrigérateur ;

  • Tous les soirs, nettoyez les plans de travail, tables et éviers et aspirez ou à défaut balayez vos sols (pour information, les blattes se nourrissent de miettes, de liquides sucrés, de céréales, de graisses, de croquettes pour animaux, de fragments de peau, de tissus, de papier, de déjections, de déchets en tous genres, …) et évacuez les liquides des éviers, bassines, … ;

  • Pensez à retirer et nettoyer les gamelles des animaux avant de vous coucher ;

  • Scellez les poubelles dans les sacs plastiques avant de les jeter quotidiennement ;

DE plus :

  • Inspectez les colis, cagettes, sacs et autres contenants venant de l’extérieur ;

  • Si votre intérieur est encombré, c’est le moment de faire du tri et de jeter ! Mais oui, plus il y a de choses entreposées plus il y a de cachettes pour les nuisibles ;

  • Rincez les contenants avant de les jeter dans la poubelle recyclable ;

  • Aérez vos intérieurs quotidiennement et si possible la nuit (le froid est un facteur de ralentissement de développement des blattes et permet de baisser le pic d’infestation) ;

  • Protégez les arrivées du chauffage central et de l’air conditionné avec des filtres adaptés ;

  • Les blattes aiment l’humidité pour vivre et se reproduire alors réparez les fuites ! 

  • Privilégiez l’utilisation de matériaux impénétrables aux insectes comme le carrelage, la faïence, le béton ciré, … et dans tous les cas supprimez les revêtements en bois comme le lambris… Les blattes profitent des interstices pour leur ‘nidification’ (Par exemples : les plinthes, encadrement de portes ou fenêtres, fissures dans les murs, … ou les ouvertures autour des tuyauteries et des gaines électriques) donc comblez les autant que possible.

  • Placez des pièges à glue ayant pour fonction de révéler la présence d’insectes.


    DIY
     : Vous pouvez créer vos propres pièges à glue avec de la vaseline sur le pourtour intérieur d’une coupelle avec, au centre, un morceau de sucre comme appât. Placez le dans un sac au congélateur durant quarante-huit heures pour tuer la (es) blatte(s).

Et si vous écrasez une blatte ?

Tout le monde a déjà entendu « N’écrase jamais un cafard sinon les œufs vont rester coller sous ta chaussure et tu vas les disséminer partout ! ».

FAUX ! Car la blatte femelle est écrasée, tout comme les œufs contenus dans l’oothèque et leurs larves.

Ce qui est VRAI en revanche, est que la femelle expulse l’oothèque contenant ses œufs lorsqu’elle sent un danger. Si les œufs sont proches de l’éclosion, cela laisse une chance aux nymphes d’éclore, de trouver une cachette et de commencer leur vie. l A l’aide d’une pelle et d’une balayette, il faudra récupérer délicatement l’oothèque que vous trouveriez et la brûler ou la congeler pour tuer toutes les larves des œufs. Mais cette réaction est souvent rare car le geste est trop rapide pour que la blatte ait le temps de réagir lorsqu’elle se fait écraser. Et si des œufs viables venaient à être coincés dans les crans d’une semelle, ce qui est peu probable, nettoyez le dessous de la chaussure avec un produit savonneux ou placez celles-ci dans un sac au congélateur durant soixante-douze heures.

Comment savoir si j'ai des blattes chez moi ?

Les conditions de vie optimales de ces insectes se situent dans la cuisine. C’est donc le lieu le plus probable pour les apercevoir en premier. Viennent ensuite les salles d’eau. Lorsque les blattes colonisent les pièces ‘sèches’ c’est que l’infestation est déjà très importante. Il est urgent de faire appel à un professionnel.

C’est en général la nuit que vous vous rendez compte de leur présence. Vous vous levez pour boire et en allumant la lumière, floup… un insecte file à toute vitesse se cacher, quand il n’y a qu’un ! Sachez qu’en moyenne, une blatte aperçue en cache deux-cents autres.

La nuit, pensez à ouvrir de temps à autre vos placards contenant vos réserves et paquets de victuailles entamés et ceux de vos ordures ménagères. Vérifiez autour des électroménagers qui dispensent de la chaleur comme les réfrigérateurs qui ont également la particularité d’avoir un bac de rétention d’eau apportant l’humidité requise.

En plus d’odeurs nauséabondes, les blattes laissent des trainés poisseuses et des déjections hautement contaminants qui ressemblent à du marc de café. Dans ce cas mauvaise nouvelle, l’infestation est déjà bien avancée. De même que si vous les apercevez dans la journée car cela signifie qu’elles sont à la recherche de nouveaux espaces à nidifier.

 

Que faire lorsque vous détectez la présence de blattes :

Nous estimons qu’il est impossible pour un particulier de se débarrasser personnellement de blattes au-delà de la 3ème ponte, soit environ douze semaines après l’arrivée du premier individu (mais n’oubliez pas que lorsque vous voyez un « cafard », il y en a en moyenne deux-cents autres de cachés). Faire appel à un professionnel dès les premiers signes est le meilleur moyen d’assurer la salubrité de votre maison ou vos locaux. Et le coût sera bien moins élevé si vous réagissez rapidement.

Après l’évaluation de l’infestation (quantification et répartition) et uniquement en cas de petite infestation (1 à 50 individus dans une seule et unique pièce), voici nos conseils pour lutter par vous-même contre ces nuisibles :

  • Plus que jamais, suivez les recommandations données à la rubrique ‘2.2.4 – Comment prévenir une infestation de blattes ?’.

  • Utilisez une bombe de terre de diatomée pour toutes les arêtes de vos mobiliers et de vos locaux (chemin de passage naturel des nuisibles). Cette dernière laisse une traînée blanchâtre et active tant qu’elle n’est pas nettoyée (en vente sur le site ou par nos expertes).

  • Avec une bombe cryogénique traiter les zones pouvant abriter les nids (fissures, interstices, recoins, …) surtout derrière les meubles (en vente sur le site ou par nos expertes).

  • Attention, les produits toxiques vendus aux non professionnels contiennent deux fois moins de substance active, augmentant la résistance des insectes aux biocides. De plus, pensez à éloigner les enfants et les animaux.

  • Vous pouvez créer des pièges en plaçant, dans les coins des mobiliers et des espaces, un gobelet à moitié rempli d’un liquide sucré et savonneux. Les insectes tomberont dedans sans pouvoir en ressortir. Placez-les au congélateur durant quarante-huit heures pour tuer les insectes.

  • Nos aïeux utilisaient de l’acide borique comme insecticide. Bien qu’il soit en vente libre attention à son utilisation car ce produit a été classé CMR (Cancérogène et/ou Mutagène et/ou Reprotoxique). Avant toute utilisation, prenez en compte les mises en garde, …. À titre indicatif, voici la recette de ma grand-mère : Mélangez 250gr d’acide borique en poudre à 10g de sucre et 1L d’eau tiède. Versez la solution dans une petite bouteille en plastique. Y tremper le bout d’un tissu tout en laissant l’autre extrémité pendre sur le bord extérieur pour que les insectes puissent y accéder. Placer ces pièges sur les passages des blattes et derrière les appareils électroménagers produisant de la chaleur. Les blattes meurent par dessèchement lorsqu’elles en ingèrent. Attention à ce que seuls les insectes visés puissent en consommer !

À ne surtout pas faire !

Attention : La lutte contre les blattes ne doit en aucun cas contaminer d’autres sites ou le voisinage. Cela pourrait avoir un effet multiplicateur et boomerang. 

Si vous avez eu des blattes, il ne faut surtout pas :

Donner en deuxième main, vos électroménagers et mobiliers infestés.

Les blattes, nymphes, oothèques pourraient y loger et contaminer d’autres lieux.

Pour les professionnels :

La contamination du lieu de travail au lieu de vie est très fréquente. Nettoyez et évacuez les poubelles des locaux du personnel quotidiennement tout en les gardant à l’abri de l’humidité.

Quels traitements Zzzéro Nuizzzible utilisent contre les blattes ?

Une opération anti blattes doit s’adapter au niveau d’infestation, au lieu infesté, aux personnes qui y vivent ou y travaillent et aux moyens financiers dont le client dispose. Nos protocoles s’adaptent à ces facteurs et votre experte vous guidera dans le choix le plus adapté à votre problématique.

La première étape est de confirmer la présence de blattes et d’évaluer l’infestation grâce à un questionnaire qui vous sera soumis (quantification et répartition). Sur place, une inspection appréciera le diagnostic. En cas de forte infestation,  une déclaration auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé) est souhaitable. Nous vous proposons de réaliser les démarches.

Votre experte vous adressera un devis avec une solution EcoLogique et une solution biochimique.

Les solutions EcoAlternatives utilisées par Zzzéro Nuizzzible :

A savoir : Si la préservation de nos environnements n’est pas encore une évidence pour tous, les nouvelles générations ont bien compris que l’avenir de notre planète et donc des futures générations est entre nos mains. Petit à petit les notions d’écologie, puis d’environnement… et maintenant d’EcoCertitude nous guident vers une utilisation raisonnée des substances nocives. Le plan Écophyto II+ de 2013 a pour objectif de réduire les usages de produits phytopharmaceutiques de 50% d’ici 2025  https://agriculture.gouv.fr/le-plan-ecophyto-quest-ce-que-cest

L’utilisation des biocides ne doit plus être l’unique moyen d’élimination des nuisibles et comme pour les antibiotiques ce n’est pas automatique ! 

Nos conseillers et experts sont des médecins de la 3D (dératisation, désinsectisation, désinfection) et vous conseilleront pour trouver la méthode la plus efficace en fonction de l’infestation que vous subissez, votre environnement et de votre sensibilité.

Traitement thermique vapeur
professionnelle

En savoir plus

Le traitement thermique par le froid Cryogénisation

En savoir plus

Le traitement à la terre de diatomée

En savoir plus

Les traitements chimiques

À savoir : La plupart des traitements chimiques ont un effet neurotoxique qui endommage le système nerveux de l’insecte le menant à sa mort. Les lieux traités avec des insecticides dosés faiblement agissent lentement. L’insecte continue à se reproduire un certain temps avant qu’il ne meure. C’est ainsi que les nouvelles générations développent petit à petit des immunités aux biocides poussant les laboratoires à augmenter les dosages, à expérimenter et à développer de nouvelles combinaisons de molécules toxiques directement et indirectement sur l’environnement. De plus, petit à petit, les produits sont éliminés de votre espace grâce aux courants d’air ou aux eaux de nettoyage qui contaminent alors l’atmosphère, les nappes phréatiques et finissent dans nos poumons et estomacs.

Pour être efficace et raisonnée, l’utilisation d’un produit chimique quel qu’il soit doit être préconisée, dosée et appliquée par un professionnel. Une campagne de désinsectisation chimique efficace sur les blattes demande un à trois traitements suivant l’infestation, mixant la méthode par pulvérisation et par application de gel. Les traitements peuvent être faits en simultané ou en deux applications suivant les préconisations de votre experte.

Le protocole exige un certain nombre de préparations qui peuvent être faites par vous-même pour limiter le coût de l’intervention ou à votre demande par l’experte qui interviendra, voir la rubrique.

Combien coûte le traitement contre les blattes ?

Le coût du traitement contre les blattes varie en fonction du mode de traitement choisi,
de la surface et du nombre de pièces à traiter et du niveau d’infestation.

Que dois-je faire avant l’arrivée de l’experte en désinsectisation ?

Votre experte en désinsectisation devra avoir accès à toutes les pièces concernées et, évidemment, à chaque recoin. Quel que soit la méthode de désinsectisation retenue, il faudra préparer votre appartement, c’est l’une des conditions sine qua non pour réussir à se débarrasser totalement des blattes :

  • Si vous avez optez pour la désinsectisation chimique, pensez à déménager vos animaux de compagnie, qu’ils soient en liberté, en cage (lapin, hamster, …. ) ou sous verre (poissons, tortues, …) ;
  • Videz le contenu des placards et retirez les tiroirs. 
  • Décollez les gros appareils électroménagers des murs ;
  • Procédez à un nettoyage complet avant l’arrivée de votre experte afin de supprimer les éléments pathogènes. Si vous avez optez pour la désinsectisation par vapeur, celle-ci fera office de désinfectant, sinon désinfectez vous-même après le nettoyage ;
  • Si vous avez des plinthes électriques, il faudra les ouvrir et déposer leur coffrage devant leur emplacement.

Que dois-je faire pendant la désinsectisation ?

Si vous avez opté pour une désinsectisation EcoAlternative :

Vous pouvez rester sur place et vaquer à vos occupations habituelles, sauf pour le saupoudrage de terre de diatomé qui nécessite de ne pas utiliser, durant une heure, les pièces traitées ainsi.

En cas de traitement chimique :

Si vous avez préférez le traitement chimique ou si ce traitement est le seul préconisé dans votre cas, vous devrez évacuer les lieux durant le traitement. En effet, les produits chimiques sont tous classifiés CMR (Cancérogène et/ou Mutagène et/ou Reprotoxique). De nombreux d’applicateurs indiquent un retour dans les quatre à cinq heures suivies d’une aération totale d’une heure. Pour notre part, nous vous conseillons de dormir au minimum une nuit à l’extérieur avec une aération d’une demi-journée et un nettoyage des sols et de toutes les surfaces qui pourraient être en contact avec la peau de jeunes enfants, de personnes immunodéficiences, sensibles et/ou allergiques ou la truffe des animaux.

Que dois-je faire après la venue de l’experte en désinsectisation ?

Si vous avez opté pour une désinsectisation EcoAlternative :

Vous n’aurez qu’à tout remettre en place et faire un nettoyage pour supprimer toutes les déjections et cadavres. Vous pouvez continuer à voir des insectes durant quelques jours, le temps que les produits appliqués fassent leur effet. Appliquez les préconisations de la rubrique Comment prévenir une infestation de blattes?

En cas de traitement chimique :

Après une aération d’une demi-journée suivie d’un nettoyage et une désinfection de toutes les surfaces en contact avec des préparations culinaires, des sols et endroits qui pourraient être en contact avec la peau de jeunes enfants, de personnes immunodéficiences, sensibles et/ou allergiques ou la truffe des animaux. Idéalement, il faudrait pouvoir laisser l’insecticide sur les surfaces durant 2 mois afin qu’il puisse agir sur les blattes survivantes lorsqu’elles quitteront leur cachette. C’est-à-dire sans nettoyer sous et derrière les meubles.

Les résultats sont-ils garantis ?

Parce qu’aucune méthode de désinsectisation ni aucun désinsectiseur sérieux ne peut affirmer la réussite à 100 % dès la fin du traitement, nous garantissons nos interventions sous conditions (voir les CGV disponibles à la fin de chaque devis).

Comment éviter une nouvelle infestation ?

Il faut suivre au mieux les préconisations de la rubrique Comment prévenir une infestation de blattes ?
une question ?

Nos collaborateurs sont à votre service
et répondent à toutes vos questions

une urgence ?

Un expert vous contacte dans l'heure
(de 8h à 23h 7j/7)